Pratique candauliste : plaisir d’offrir, joie de recevoir

Candaulist Practice: Pleasure Of Giving, Joy Of Receiving

Notre série d’articles consacrés aux différentes réjouissances qui définissent les contours du libertinage vous a déjà fait découvrir des pratiques libertines, peut-être méconnues par certain·e·s d’entre vous. Si vous êtes en train de lire ces lignes, c’est que ceux-ci ont attisé votre curiosité et votre désir d’en apprendre encore plus. Mais alors, existe-il encore d’autres moyens d’assouvir ses fantasmes, nous direz-vous ? Y a-t-il d’autres moyens de pimenter une vie sexuelle devenue un peu trop conventionnelle à votre goût ? Rassurez-vous, il en reste quelques-uns en stock. Après l’échangisme, l’exhibitionnisme et autre voyeurisme, aujourd’hui, laissez-nous vous parler du candaulisme. Dans cette publication, nous allons revenir sur les origines de ce mot, assez énigmatique. Nous verrons également comment et où s’y adonner en toute confiance et bienveillance avec son ou sa partenaire. Cela vous donnera éventuellement l’envie de tester cette aventure coquine au village naturiste du Cap d’Agde ou ailleurs. Si ce n’est pas le cas, vous aurez au moins de quoi briller en société et relancer une conversation ennuyeuse grâce à ce sujet qui vous permettra, à coup sûr, de profiter de quelques paires d’oreilles attentives. La soirée pourrait prendre une toute autre tournure, qui sait ? 

1. Qu’est-ce que le candaulisme

Le caudalisme (de son autre joli petit nom) est une pratique sexuelle qui consiste à aimer, que dis-je, à éprouver de l’excitation en voyant son ou sa partenaire avoir des rapports intimes avec une tierce personne. Dans l’absolu, on parle de candauliste pour désigner celui (ou celle) qui sent monter un désir extrême en regardant son ou sa chèr·e et tendre s’ébattre dans les bras de quelqu’un d’autre, mais attention, sans participer à l’acte. Il ou elle se repaît uniquement en étant spectateur·trice très attentif·ve. Rien à voir avec l’échangisme ou d’autres activités sensuelles de groupes, donc. C’est avant tout le plaisir des yeux qui compte. Pour certain·e·s, le simple fait de constater que leur moitié suscite de l’intérêt de la part des gens dans la rue, par exemple, peut suffire à leur procurer de la satisfaction. Le sujet contemplé et totalement consentant, est grisé par la cette sensation de provoquer chez l’autre une chaleur érotique évidente. Il se sent alors investi de la mission de s’en donner à cœur (et corps) joie pour procurer encore plus de plaisir à son ou sa chéri·e.



2. Un peu de cul…ture

Étymologiquement parlant, cela vient du grec Kandaulos, qui veut dire montrer (toujours très coquins, ces grecs). Ce terme trouve son origine dans l’Antiquité . Il est tiré du nom du roi Candaule qui a régné sur la Lydie, ancienne région de d’Asie Mineure bordée par la mer Égée, au VIII ͤ siècle avant notre ère. Il trouvait Nyssia, son épouse, tellement belle, qu’il ne put résister à l’envie de l’offrir, notamment au moment du coucher, à la vue de l’un de ces fidèles gardes du corps, Gygès. Ce dernier assista  à la scène cachée derrière la porte de la chambre. La reine s’en aperçut, mais feignit de n’avoir rien remarqué. L’histoire se termina mal pour ce pauvre Candaule puisque sa femme, qui se sentit humiliée, ordonna à Gygès de le tuer et de prendre sa place sur le trône (et dans le lit conjugal, par la même occasion). Fort heureusement pour les adeptes du libertinage, de nos jours, le candaulisme ne se concentre que sur la partie « observation ». Autre temps, autres mœurs.

3. Les différentes manières de pratiquer le candaulisme

Comme dans toutes les autres activités du monde libertin, il existe différentes manières d’appréhender le candaulisme et de s’y laisser aller :
 

  • Le faire ensemble. La façon classique, dira-t-on, dans laquelle l’un des deux conjoints se fait du bien en compagnie d’un·e invité·e pendant que l’autre regarde. À noter que l’on peut confondre cette pratique avec le voyeurisme. À la différence, que le candauliste ne se cache pas pour contempler ce show chaud (ou chaud show, on peut prendre la chose dans tous les sens, ça marche). 
  • Exciter son ou sa partenaire (au courant bien sûr) en racontant et/ou en montrant des vidéos et des photos de ses ébats extraconjugaux.
  • Et pour les plus extrémistes (voire sadomasochistes), il est même possible de se consacrer au cuckolding. Ce mot vient de la traduction anglaise du coucou (cuckoo), oiseau qui pond ses œufs dans le nid d’une autre espèce quand celle-ci n’y est pas. Le ou la candauliste, en plus de regarder son ou sa partenaire dans les bras de quelqu’un sans pouvoir participer, aime à se faire dominer, humilier, insulter. Avis aux plus téméraires !

4. Le candaulisme, un fantasme plus masculin ?

On ne va se mentir, il semble que voir sa femme desirée par d’autres homme et s’offrir à eux pour leur seul plaisir soit plutôt une mâle obsession, effectivement. La gent masculine excitée par cette pratique, l’est d’autant plus que ces messieurs savent que leur aimée leur revient toujours. Leur ego n’en ressort que plus flatté. Cependant, les mentalités évoluant (et tant mieux) il est de moins en moins rare de voir les rôles s’inverser. Le plus important dans le libertinage est que toutes ses « disciplines » se déroulent dans le respect et la bienveillance et surtout que les coquins et coquines se sentent libres de mettre fin à leurs petits jeux quand bon leur semble, sans aucune pression de la part de l’autre. Cela passe par une communication sans faille pour connaître les attentes exactes de chacun·e, en la matière.

5. Où et quand se laisser aller ?

Il y a évidemment pléthore de clubs libertins dans lesquels assouvir ses penchants caudalistes. Si vous souhaitez en apprendre encore plus sur cette pratique, sachez qu’il existe un site dédié au candaulisme sur lequel vous trouverez beaucoup d’informations. Et si vous voulez tester cela dans un environnement encore plus chaud et débridé, nous ne saurions que trop vous conseiller d’aller faire un tour au village naturiste du Cap d’Agde pour profiter de l’ambiance incroyable qui y règne, aussi bien dans tous les établissements que sur la célèbre Baie des Cochons.

Toute l’équipe de Cap d’Agde studios se tient d’ailleurs à votre disposition pour vous trouver le meilleur logement pour passer un séjour plein d’émotions et vous permettre de vous adonner au candaulisme en toute sérénité.